samedi 1 septembre 2012

MICROMEGAS

Micromégas saisissant dans sa main le vaisseau des terriens (Charles Monnet)

En 500, c'est la dernière phrase de l'énigme qui porte l'hypothèse qui va suivre :

Mais par le ga, c'est un million de fois moins


On note l'allitération en M avec progression des voyelles dans l'ordre alphabétique.
Cette séquence induit une suite logique : Mu

Mu correspond à la lettre µ qui symbolise le micron (micromètre) soit un million de fois moins que le mètre.
Et MICRO + MEGA = MICROMEGAS, le conte philosophique de Voltaire.

On note la présence du mot SAGE en lecture inversée à la fin de MICROMEGAS.

Il existe plusieurs interprétations et exploitations du Micromégas de Voltaire mais l'une des plus intéressantes est celle qui a été donnée par le chercheur byc001 et qui permet de définir une valeur de mesure :

Le début du conte évoque la taille de Micromégas, un habitant du système stellaire de Sirius :




Si on s'intéresse aux mesures décrites par l'auteur, on constate ceci :

8 lieues = 24.000 pas géométriques = 120.000 pieds de roi
1 lieue = 3000 pas géométriques = 4872 m
1 lieue = 15.000 pieds de roi = 2.500 toises de roi
Il s'agit de la lieue de 2500 toises de roi.

9000 lieues = Circonférence du globe terrestre
9000/360 = 25 lieues par degré d'arc
Il s'agit donc de la lieue terrestre ou lieue commune de France qui vaut 1/25 de degré du périmètre terrestre, soit exactement 4,4448 kilomètres.

Bref, Voltaire a commis une erreur en confondant la lieue de 2500 toises de roi avec la lieue commune de France.

On pense très fort à l'IS de TF1 :


IL N'Y A QU'UNE SEULE VÉRITÉ, ET IL FAUT LA TROUVER. MAIS LE CHEMIN EST PARFOIS TORTUEUX ET SEMÉ D’EMBÛCHES. A QUI LA FAUTE ? PAS A MOI ! ... JE RÉPÈTE : PAS A MOI.




Cette faute de Voltaire fait penser à la chanson de Gavroche :


On est laid à Nanterre,
C'est la faute à Voltaire,
Et bête à Palaiseau,
C'est la faute à Rousseau.

Je ne suis pas notaire,
C'est la faute à Voltaire,
Je suis petit oiseau,
C'est la faute à Rousseau.

Joie est mon caractère,
C'est la faute à Voltaire,
Misère est mon trousseau,
C'est la faute à Rousseau.

Je suis tombé par terre,
C'est la faute à Voltaire,
Le nez dans le ruisseau,
C'est la faute ...



Tome V. Jean Valjean
Livre Premier : La Guerre entre quatre murs – Chapitre 15 
 Victor Hugo, Les Misérables


L'idée du chercheur byc001 correspond à un recalcul du pas et du pied à partir de la lieue terrestre (en lieu et place de la lieue de 2500 toises de roi), calcul qui mène à l'égalité suivante :
8x4444,8=24000 Pas
Pas = 1,4816 m = Pas Romain
Pied = Pas/5 = 29,63 cm = Pied Romain

Il est étonnant de constater que ce calcul erroné basé sur un changement de lieue permet de retomber sur les valeurs du Pas et du Pied Romain !





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire